soleilssoleilssoleils


Je viens de terminer un livre bouleversant "Suite Française" d'Irène Némirovsky, Prix Renaudot 2004

IN

publié à titre posthume.


Résumé :

"Ecrit dans le feu de l'Histoire, Suite Française dépeint presque en direct l'exode de juin 1940, qui brassa dans un désordre tragique des familles françaises de toute sorte, des plus huppées aux plus modestes. Avec bonheur, Irène Némirovsky traque les innombrables petites lâchetés et les fragiles élans de solidarité d'une population en déroute. Cocottes larguées par leur amant, grands bourgeois dégoûtés par la populace, blessés abandonnés dans des fermes engorgent les routes de France bombardées au hasard... Peu à peu l'ennemi prend possession d'un pays inerte et apeuré. Comme tant d'autres, le village de Bussy est alors contraint d'accueillir des troupes allemandes. Exacerbées par la présence de l'occupant, les tensions sociales et frustrations des habitants se réveillent...

Roman bouleversant, intimiste, implacable, dévoilant avec une extraordinaire lucidité l'âme de chaque français pendant l'occupation (enrichi des notes et de la correspondance d'Irène Némirovsky) Suite Française ressuscite d'une plume brillante et intuitive un pan à vif de notre mémoire".


L'auteur :

Née en 1903 à Kiev, d'origine juive ukrainienne, Irène Némirovsky  a appris le français très tôt avec sa gouvernante et a reçu les meilleurs précepteurs. Exilée à Paris avec sa famille, elle a rencontré le succès dès 1929 avec son roman «David Golder». Amie de Kessel et Cocteau, encensée par la critique, auteur d'une quinzaine de titres, elle se cache pendant la guerre dans le Morvan. Arrêtée par les gendarmes français, puis déportée, elle succombe à Auschwitz en 1942.

Convertie au catholicisme au début de la guerre pour éviter les soucis liés à ses origines, elle a toujours su qu'elle serait un jour arrêtée, ce qui est arrivé en 1941 ou 1942 ??? Elle avait confié ses filles à leur gouvernante avec le manuscrit qui deviendra "Suite Française". Les enfants ont été traquées mais ont toujours été épargnées.


Il aura fallu soixante ans à sa fille ainée Denise pour se décider à ouvrir et publier à titre posthume le précieux cahier contenant le dernier manuscrit de sa mère.


 


Très vite j'ai lu ce livre... presque d'une traite...  les personnages  y sont dépeints avec justesse, sans complaisance,
D'autres parties étaient prévues à ce roman historique... on ne lui en aura pas donné le temps !

Par quoi vais-je enchaîner ??? difficile après une telle histoire.